Premier extrait

Je m’appelle Sarah, j’ai 29 ans et ma vie est pathétique.

Je vis dans un pays dont 80% de la population mondiale ignore l’existence, je travaille dans une entreprise dont 80% des salariés ignorent mon existence et mon chef est un connard.

Rectification, mon chef est le plus gros connard que la Suisse ait porté.

Malgré tout, ma famille est très fière de ma réussite professionnelle : coordinatrice web chez Gameo, une marque horlogère de luxe de renommée mondiale.

Coordinatrice web chez Gameo, un poste auquel probablement, ironie de la loi de Pareto, 20% de la population Suisse rêve d’accéder.

Cette entreprise possède en effet une incroyable réputation sur le marché de l’emploi, bien plus que d’autres concurrents comme Lorex… C’est en tout cas ce qui est écrit dans la brochure que l’on vous remet à l’embauche.

Sur le papier également, je suis chargée de coordonner les actions digitales en direction d’un public international, maîtriser les échanges entre les agences web et autres prestataires, communiquer auprès de ma direction les actions entreprises ainsi que les retombées chiffrées des campagnes web…

Dans la réalité, à vrai dire, je suis surtout chargée de sourire, veiller à véhiculer une bonne image de Gameo, essuyer les sautes d’humeur de ma hiérarchie, être fière de travailler chez Gameo, serrer les dents et sourire, encore.

Cinq années d’études dans une université prestigieuse de Zürich, financée sur mes propres deniers soit, à la sueur de mon front de baby-sitter, serveuse et même poissonnière !

Cinq années d’études, donc, pour sourire et servir d’esclave à mon chef.

Surqualifiée ? Non, tout ceci est monnaie courante chez Gameo lorsqu’on est une femme.

Misogynie ? Non, chez Gameo, les femmes ont toutes leur place, dans la mesure où elles ont la décence de ne pas être trop moches ou trop vieilles, de ne pas faire d’enfant et d’être suffisamment intelligentes pour ne pas montrer qu’elles le sont.

Lorsque j’ai été embauchée chez Gameo, mes parents ont été tellement fiers qu’ils ont envoyé un mail à toute la famille pour leur faire part de la bonne nouvelle : mes grands-parents, oncles, tantes, cousins germains, cousins éloignés, cousins par alliance, cousins anciennement par alliance mais divorcés, copie la boulangère du village, le curé, mes anciens professeurs, camarades de classe… J’en oublie probablement.

Ma mère en a eu les larmes aux yeux quand je lui ai annoncé la nouvelle, il faut dire que dans notre petit village de Moutier, travailler pour l’industrie horlogère, qui plus est chez Gameo, est une gloire des plus significatives.

Pendant une semaine ma mère saluait ses amis, ses voisins, les gens dans la rue en leur disant :

– Bonjour, je vous ai dit que ma fille a été embauchée chez Gameo ?

Si elle avait pu elle en aurait fait des pin’s.

Heureusement, ma mère ne sait pas qu’on peut faire fabriquer des pin’s sur internet, à l’unité ou par lots de cinquante, sur pin-ta-life.ch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s