Lettre à France

Enfin, les vacances ! Retour aux sources, je retrouve mon pays chéri. Non pas que je me sois expatriée à l’autre bout du monde, je vis pourtant à proximité. Mais étonnamment l’adage me semble aujourd’hui plus réel que jamais : il faut parfois savoir s’éloigner, pour mieux se retrouver. Je suis aujourd’hui à Nantes, une ville que je découvre et qui recèle en elle tout ce que j’aime de ma France. Cette convivialité, cette douceur de vivre. Mais aussi cette tension permanente, ce fil de rasoir latent, cet équilibre constant entre exaltation et désarroi, entre petite bourgeoisie et précarité, entre culture et décadence… Aujourd’hui j’apprends à redécouvrir mon pays, débarrassée de toute préoccupation du quotidien, de toute frustration sociétale. Je suis une touriste dans mon pays aujourd’hui et j’aime ça, car je vois tout ce que ceux qui l’habitent ne voient plus. Je ne vois que ça, que sa beauté. Pas une beauté tapageuse et outrancière, non, mais de ces beauté humbles, subtiles, délicates. De la beauté de celles qui connaissent la vie, ont vécu ses tourments mais ont appris à en tirer parti, à rester digne. De la beauté de ces vieilles dames, dont les rides confirment qu’elles sont sages et dont le sourire rappelle à quel point les choses sont belles.
image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s