Mon plan de carrière

Mon attachée de Presse m’a dit que ça pouvait aider de visualiser un plan d’action schématisé, alors j’ai dessiné mon plan de carrière :

icone_gaySource : thepineappleaddict, Fashion_luva

Publicités

4 réflexions sur “Mon plan de carrière

  1. J’ai plus de 70 ans, j’ai côtoyé le monde de l’horlogerie, sans y travailler, mais en qualité de conseiller extérieur occasionnel. Je connais ce milieu où le génie vient du monde des créateurs de mécaniques, peu extravertis, avec ce cheptel de « créatifs » qui se sont appropriés les mérites, et à coup de millions ont porté cette industrie dans le vent de la mode en achetant les artistes.
    La seule intelligence de ce milieu est d’avoir su acheter les talents d’introvertis pour les faire manager par cette caste de gestionnaires aux dents inoxydables qui se pâment et se flinguent dans l’échelle hiérarchique en savonnant les échelons.
    J’ai tenté souvent en les déstabilisant de leur faire comprendre qu’une montre affichée à 10 heures 10 est une montre morte qui n’affiche que le manque d’audace créative des gens de marketing.
    Pour moi, la photo ci-dessus montre un clocher vivant, avec une horloge vivante, et si elle avait dû être prise par un « connard » du marketing horloger, ils auraient exigé que le photographe attente la bonne heure pour tirer.

    Pourtant, on sait tellement que l’horlogerie de luxe se vend très bien quand les pays où la corruption n’est pas trop dénoncée achètent, et que les ventes baissent quand la chasse à la corruption se fait plus dure. Ce qui est le cas cette année.

    J’ai aimé votre bouquin, je rejoins la critique d’Amandine Glevarec

    Je reste néanmoins étonné qu’une fille de la génération actuelle se soit encore engagée dans le milieu industriel sans savoir que la hiérarchie bancaire, assurances, industrielle, étatique, fonctionnait comme-ça, avec l’utilisation des potiches, avec leurs talents quand elles en ont, seulement pour parfaire et faire briller l’image des mâles enfermés dans l’étau et flippant de peur d’être déshabillés et mis à nu.

    Je parlerai un jour, si j’y pense, du malaise des hommes, aujourd’hui, dont la place dans la société se réduit drastiquement et qui les fait vivre vent dans le dos avec la peur vrillée au ventre de s’engager.

    Les couples femme-femme sont l’avenir des femmes, si elles ne veulent pas s’user à passer leur vie en produit de consommation jetable, comme on jette un préservatif après usage.

    Bon vent, n’oubliez pas trop quand même que vous êtes écrivain, avant de jouer à Esmeralda en promenant une chèvre savante dans les foires.

    • Merci Benoît, pour votre commentaire et vos encouragements.
      J’apprécie énormément ce partage d’expérience et cela me touche beaucoup que 10 heures 10 permette ces échanges intergénérationnels.
      Écrivez vos mémoires ! Si ce désir vous tenaille, ne laissez pas la frustration s’installer.
      Bon vent à vous aussi et n’oubliez pas trop quand même que Sarah n’est pas Prune, Prune n’est pas Sarah 😉

      • Désolé, je me suis laissé piéger par l’ambiguité de la présentation journalistique. Mais c’est sans importance.
        Et si vous pouvez mettre dans mon texte des guillemets au mot « connard », (petite correction) je serais comblé.
        Je les ai oubliées et comme tous les acteurs fantoches de la hiérarchie des entreprises n’en sont pas tous, ce serait mieux. Ils sont souvent seulement des naifs, des victimes aussi, des écervelés par le système et qu’on retrouve un jour après lynchage et dépression comme consultants et conférenciers en chemises à fleur enseignant l’art de la gestion du stress.
        J’en ai côtoyé beaucoup de ces défroqués de la carvate, réveillés enfin, quittés par leur épouse quand il a fallu vendre la villa-piscine-BMW-stylo Montblanc.
        Les années de l’arrivée de la tornade « Hayek » les ont laissés par centaine choir sur le pavé pour se recycler dans l’assurance ou la culture d’oliviers.
        Mais vous n’étiez pas née.
        Et l’ambiance générale de l’époque aurait pu m’engloutir comme eux par naïveté si je ne m’étais pas connu comme inapte au commandement comme à l’obéissance.
        Votre livre m’a amusé parce que je pensais que ce monde avait appris quelque chose de cette époque.
        Pour mes mémoires, je préfère publier des coups de gueule partout où la liberté d’écrire est possible, et l’internet est un espace encore possible.

        Si ce n’est ni à Prune ou à Sarah que je réponds, mes salutations quand même à la dame en rouge à qui j’ai parlé à la Place Pury en lui disant que je connaissais un mec charmant et poli, dont on a fait en 5 ans un lâche magistral et arrogant en monde horloger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s