Humeur du jour

Passer devant la vitrine de Lüthy en allant au boulot et voir son livre dans le rayon des meilleures ventes, à côté d’Amélie Nothomb, ça met de bonne humeur !

Hey les Biennois, je vous ai déjà dit que vous êtes formidables ?!

ici c'est Bienne
Sisi t’as vu !
Publicités

10 Heures 10 fait son coming out.

Ce samedi 10.10 à 10h10 c’était le lancement de 10 heures 10.

Vous trouvez que ça fait beaucoup ? Et bien mon attachée de Presse, elle, ne compte plus que de 10 en 10 et n’allez pas lui dire qu’elle en fait trop, Monica est un synonyme de « trop ».

Vous connaissez mon gout pour l’humour et la dérision, et bien les gens que j’ai rencontrés ce samedi m’ont un peu coupé la chique.

Alors aujourd’hui, je ne vais pas être drôle, je m’en excuse par avance. Et si cet article est trop dégoulinant de bons sentiments pour vous, vous pourrez toujours lire un livre d’Éric Zémour juste derrière, histoire de rééquilibrer un peu.

Cette équipe, c’est ma team, la team 10h10.

Laissez-moi vous les présenter :

  • il y a Monica, mon attachée de presse, alias petit tourbillon (et encore je ne vous parle pas de son fils. Il arriverait à mettre chaos un télétubbies sous cocaïne en moins de temps qu’il n’en faut pour se faire un rail).
  • Rebecca Bonvin, la star de la journée, comédienne professionnelle qui se paye le luxe d’être drôle ET ravissante et qui ne fait pas du tout ses 57 ans (je déconne ! Rebecca)
  • Marc Juillard le photographe qui n’est sur aucune photo et qui pourtant sourit tout le temps
  • Maria, belle comme un cœur, douce comme un bonbon werther’s , bref adorable
  • Alex, le sosie de Justin Biiiiip (il n’aime pas qu’on lui dise), incroyablement mature pour un nouveau-né, bref un gendre idéal
  • Bruna, gentille, drôle, maline, le type de fille qu’on voudrait toute avoir comme amie
  • Carine, l’efficacité incarnée, qui sous ses airs de fille sérieuse est une comédienne au grand potentiel
  • Et Caro, la fille avec une très grande gueule, mais aussi et surtout un très grand cœur

Ma team, si j’étais Ludivine de Martigues, je vous dirais : « vous m’avez régalé ! »

Mais comme je suis Prune, de Bienne, je vous dis : « Merci infiniment, pour tout », on m’a rarement donné autant d’amour.

Crédit photo : Marc Juillard

Hey, bande de Biennois !

Comme on dit ici, « je me réjouis » de vous annoncer que 10 Heures 10 est maintenant disponible à la vente chez Lüthy, à Bienne, pour la modique somme de 17 CHF.

La gentille et rafraichissante Yasmine vous accueillera probablement et si vous lui demandez gentiment, vous dira ce qu’elle a pensé du livre.

Yasmine

Aux frontières du réel

douze_travaux_asterix

Vendre sur Amazon, vous avez déjà vécu cette expérience déstabilisante ?

C’est une épreuve semblable à celle des 12 travaux d’Astérix. En France, cela revient à perdre sa carte de sécurité sociale et à devoir la faire renouveler. En Suisse, ce serait l’équivalent d’une demande de permis de séjour.

Dans ce genre de situation, il faut savoir s’absoudre de toute pensée logique, raisonnement ou autre bon sens.

Au risque de sévères séquelles psychologiques, au frontières du burnout, il faut tenter de garder son calme, respirer, ne pas penser, surtout ne pas penser.

Et, lorsqu’il est clair que n’importe quel moine bouddhiste aurait déjà insulté son interlocuteur, fracassé son téléphone et pleuré en implorant sa mère, je me suis contenté de « faire ma française ».

C’est dans ce type de situation, lorsqu’un type vous coupe la priorité à un rond point ou encore lorsqu’une rom vous prend en chasse pour vous lire les lignes de la main qu’être français révèle son intérêt.

Bien plus qu’une simple capacité de survie, dans ce contexte, être français est un super pouvoir.

Condescendance,

agressivité,

sens du mélodrame,

désinvolture,

mépris,

et sarcasme !

Sont autant de composantes qui, exploitées avec talent, permettent au français de terrasser son adversaire.

Dans mon cas, une amazone, originaire du Liechtenstein, parlant français avec un fort accent tunisien, se prénommant Sophie…

La française que je suis, a su rester digne pendant la bataille, bien qu’elle eu vacillé, bien que l’hystérie l’eut guetté, la Française a triomphé de l’amazone.

Le résultat est là : Achetez 10 Heures 10 sur Amazon !

(Oui je sais, c’est un peu déstabilisant comme chute, mais hey, je vous ai parlé de la capacité des Français à déstabiliser ;-))

La récidive se meut mais ne se rend pas !

guerrière
Source : fubiz.net

Et bien, et bien, et bien…

Il s’en est écoulé du temps depuis mon dernier post.

Alors, bande d’internautes, vous pensiez vous être débarrassés de moi ?

Que nenni !

Ahah, comme une vieille grabataire qui s’accroche à son déambulateur, la récidive s’accroche à sa plume, plus fringante et incisive que jamais, immortelle, inénarrable, incommensurable et incontrôlable, évidemment !

Allez zou, je vous annonce en exclusivité mondiale, que dis-je intersidérale, la sortie de 10h10 en Kindle et très bientôt en format papier…

http://www.amazon.com/10-heures-French-Edition-ebook/product-reviews/B00L8BD2LO

Le sens du rythme

Le rythme de travail d’un écrivain, c’est un peu sa musique intérieure, très liée à sa personnalité et à la façon qu’il a de nourrir sa créativité. Chacun a sa propre méthode, son propre rythme.
Zola écrivait avec une grande régularité, tous les matins.
Sartre privilégiait l’écriture improvisée et rapide, comme une pulsion d’écriture.
Balzac quant à lui était un bourreau de travail, écrivant sans discontinuer, toute la journée, une bonne partie de la nuit et jusqu’à 19 heures par jour.
Le plus contemporain Patrick Cauvin avait choisi un rythme de travail n’excédant pas quatre heures par jour.
Pour ma part, j’ai commencé à l’inspiration, pour terminer dans un rythme beaucoup plus régulier et studieux, entre les deux, il y a aussi eu quelques courtes périodes d’abstinence.
Je me suis fixé un objectif, finir mon livre avant le mois de mars (soit en 6 mois) ce qui implique un travail quotidien et assidu.

Je dirais donc de mon rythme de travail qu’il est “chiche caponnaisque”, mélange de régularité, de ruptures et de fantaisie.